Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 21:24

Mon petit patapon pousse comme un petit champignon.

Depuis quelques jours, les vêtements et sous-vêtements taille 0/naissance sont rangés dans un carton lorsqu'ils quittent le sèche-linge.

Il y a besoin de place dans l'armoire pour les tailles 1 mois, dans lesquelles Léonie peut gigoter plus librement.

Et oui, "naissance" est devenu trop petit.

Comme les couches taille 1/naissance, j'ai acheté la taille au-dessus hier.

 

Et comme les plages de dodo nocturne!

La première grande plage horaire, à partir de 21h ou 22h, dure 6 bonnes heures.

La nuit dernière, fait notable, elle a même duré 8h! J'ai roupillé comme une bienheureuse jusqu'à 6h du matin, sans interruption nocturne!

Léonie a 25 jours et vient de me faire une nuit complète.  Accident, ou vrai rythme?

On verra bien par la suite!

hibernation-dormouse.jpg

 

En tous cas, ce premier mois avec elle se passe bien mieux que je ne l'aurais imaginé. Je suis moins fatiguée que je l'aurais pensé, et c'est un vrai bonheur.

Le RDV chez le pédiatre ce matin a confirmé qu'elle grandissait et grossissait bien, qu'elle avait de beaux yeux, une bonne vitalité, et qu'elle était une merveilleuse petite fille!

 

L'allaitement se déroule à merveille, Léonie réclame toutes les 3h environ et tête 20-30mn. A lire les recommandations concernant l'allaitement, ça a l'air d'être le rythme "idéal". Alors je ne sais pas pour ELLE, mais pour MOI c'est certain que c'est confortable! Avec un seul réveil nocturne (si elle continue le "8h par nuit", on va bientôt être à "plus de réveil du tout" \o/)...

La nuit je la change, je la mets au sein, et puis 30 mn après je la recouche et basta, jusqu'à la prochaine.

Il est arrivé, une fois ou deux, qu'elle ne veuille pas se recoucher et qu'elle pleure si longtemps que je doive la remettre au sein. Mais c'est rare.

C'est quand même la classe, de ne pas avoir à tourner des heures en la berçant dans les bras, en chantant des dizaines de berceuses, et en perdant patience à force d'entendre des cris.

Elle est vraiment facile à vivre!

 

Et j'y vais de ma leçon-casse-noisettes : "mais Emilie, quel est ton secret pour que tes filles soient de telles marmottes?!"

1- Elles ne dorment pas dans notre chambre. Naska a eu sa chambre dès le premier jour. Léonie a NOTRE chambre, et aussi depuis le premier jour. Quant à nous, nous dormons dans le salon, sur le canapé! Lorsque Léonie fera ses nuit, elle rejoindra Naska dans leur chambre.

2- Nous imposons un rythme : 18h bain, dîner, dodo. Si Léonie ne veut pas dormir et pleure, je la laisse 30 minutes (parfois plus) pour s'endormir quand même. Si elle continue, je la reprends pour une têtée, mais je la remets au lit illico. Le lit est l'endroit ou dormir!

3- Pas de veilleuse, pas de lumière : la nuit, c'est noir et c'est calme, on fait dodo tranquillement. Le jour, Léonie dort plusieurs heures, mais pas dans son lit : je la laisse à la lumière, dans le bruit, avec nous. Pour qu'elle ne "fasse pas sa nuit" en pleine journée.

4- Pas de tétine

5- Pour quand elles sont plus grandes (comme Naska) : jamais de punition "au lit". Le lit est un endroit de confort douillet, rassurant et apaisant, pas un lieu de punition ; Naska a toujours le sourire quand on la couche et qu'on la borde.

 

Voilà, fin du discours moralisateur-casse-noisettes.

Désolée de vous avoir imposé ça, mais objectivement j'ai du bol, ok, mais peut-être aussi que ces astuces y sont pour quelque chose? Bon, à vous de voir! ^^

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 21:10

038 - Naska 26 mois 1/2

 

Plus elle grandit, plus la beauté fatale de cette petite fille me sidère.

Elle est incroyable.

Je devrais l'inscrire à des castings, je suis sûre qu'elle aurait du succès! (Mais je ne le ferai pas, pour lui éviter de devenir une fashion-victim prétentieuse).

 

Et Léonie, qui arrive derrière, la ratrappera en beauté : elle est si mignonne, même petit bébé, qu'il ne fait aucun doute qu'elle deviendra une adorable crapulette, aussi chipie et craquante que sa soeur!

 

leonie02.JPG

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 19:53

fairepart.jpg

 

Le voilà!

Le faire-part que j'ai dessiné pour annoncer à la terre entière la naissance de Léonie.

Vous l'aurez deviné en voyant les articles traitant de robes à froufrous, je suis dans un trip "princesses"!

Espérons que mes filles aussi, sinon on va avoir comme un souci...

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 22:05

En voilà une marmotte!

Léonie hiberne, je ne vois pas d'autre explication.

Elle tête, elle dort, elle tête, elle dort.

 

En journée je ne chronomètre pas, puisque je suis réveillée et disponible.

Mais la nuit, le rythme est le suivant :

- bain à 19h30 environ

- tétée

- dodo (elle pleure 10 minutes)

- réveil 5h après (rythme adopté depuis quelques jours), vers minuit, minuit et demi.

- change, tétée 20 minutes, rot.

- dodo 3h

- réveil vers 4h, 4h30 du matin.

- change, tétée 20 minutes, rot.

- dodo 3h

- réveil vers 7h, 7h30 du matin, en même temps que Naska.

 

C'est donc clairement vivable!

J'attends néanmoins avec impatience qu'elle "allonge" sa première grosse tranche de dodo (déjà 5h d'affilée, c'est la classe!) jusqu'à 6h, 7h, 8h de dodo d'un coup!

Mmm... 8h de dodo d'un couuup... Ça laisse rêveur!

 

Je t'aime sauterelle, et en plus tu es déjà incroyablement facile à vivre (ce qui ne gache rien)!

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 16:28

sapin2010.jpgPendant que bébé-Léonie fait des choses de bébé (comme téter sa maman, dormir dans le transat, ou gazouiller tranquillement en regardant partout), Naska-ma-Grande fait des choses de Grande.

Comme cuisiner avec sa grand-mère ou décorer le sapin, par exemple!

Elle est si fière, et a de quoi l'être!

Qu'il est beau, notre petit sapin 2010!

 

et que tu es belle, ma Naska-chérie!

Comme je t'aime!!

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 15:21

leonie01.JPGHélas, comment se lancer?

j'ai pris tellement de retard que je ne sais plus, je n'ose plus, me mettre à écrire.

Faut-il faire un article par thème, pour parler ici du rythme, ici de l'organisation, ici du sapin de noël, ici de l'allaitement?

Faut-il écrire pour remplir un second livre? Faut-il écrire pour ne rien oublier, vite, vite, noircir des pages et des pages de détails, pour en garder le maximum avant que l'écume des jours n'emporte tout vers l'océan de l'oubli? (Aaah je deviens poète).

Il faut, il faut, il faut?

Ou pas?

 

A quoi bon m'imposer un rythme de narration, qui de fait, se transforme en contrainte?

Pour mon lectorat, des centaines de milliers de gens suspendus à mes lettres, qui mourront de désespoir si mon blog reste muet davantage?

Pour mon blog rank, qui rétrécit comme une peau de chagrin si je n'écris pas?

 

A quoi bon?

Je sais que mon silence parle pour moi.

Mon lectorat n'est pas une foule en délire, c'est une sélection de mes proches et de mes amies, qui savent, par d'autres biais, que je vais bien, que Léonie va bien, que Naska va bien, que Jimmy aussi, et que nous prenons nos marques tous les quatre ensemble.

Mes amies lectrices (oui, c'est un blog au public exclusivement féminin, m'est avis) n'ont pas payé de droit d'entrée, elles savent que les choses suivent leur cours et que quand le coeur y sera, je reprendrai l'écriture.

 

Non, je ne suis pas épuisée.

Léonie a plutôt un bon rythme. Je ne compte pas les tétées dans la journée, ni ne chronomètre les siestes. Mais je sais que le soir, après le bain (vers 19 ou 20h) elle est éveillée jusqu'à environ 23h, regarde partout, réclame le sein, regarde partout, veut qu'on la promène et qu'on s'occupe d'elle. C'est le moment où je commence à fatiguer, et mes seins aussi. Car même si l'allaitement se passe idéalement, cette fois, une tétée "tétine" tous les quarts d'heure finit par rendre la chose douloureuse.

Donc, vers 23h, 23h30, je la couche. Elle pleure, un peu longtemps. Assez longtemps pour que certains soirs, je retourne la prendre dans mes bras pour une ultime tétée.

Puis elle s'endort, et moi aussi.

Et là, les bons soirs, la plupart des soirs, elle ne se réveille qu'à 4h du matin. Parfois 4h30. Si vous calculez, ça me laisse une tranche de quatre, voire cinq heures de sommeil avant de me lever pour le tétée nocturne.

Oh, ce n'est pas du 100%, il y a eu une fois où elle s'est réveillée toutes les deux heures. J'en étais malade de fatigue. Mais heureusement qu'elle est si douce et sent si bon!

Je la prends dans mes bras, et même si j'ai froid, pieds nus, en chemise de nuit, hors de mon lit à cette heure indue, je n'ai qu'une envie c'est de la câliner et de l'embrasser, cette petite fille toute ébouriffée! Je la change ; elle a de si petites couches! Ma sauterelle toute douce et toute mignonne!

Puis je lui donne le sein, ça dure généralement 20 minutes, et je la recouche. Il est alors environ 5h du matin, et elle se rendort pour 3h environ.

 

Au matin, c'est jimmy qui se lève pour s'occuper de Naska. Il a décalé ses horaires pour se rendre disponible pour elle le matin et me laisser dormir. Ils partent chez la nounou.

Et le soir, à 17h30, c'est moi qui vais la chercher, en emmenant Léonie dans l'écharpe ou dans la poussette.

On joue un peu toutes les deux, pendant que Léonie roupille dans son transat ; on prend le bain, je lui donne à dîner, puis je la couche, avec beaucoup de bisous et de "je t'aime" pour qu'elle sache que même si elle a une petite soeur, elle reste ma princesse que j'aime de tout mon coeur. Ensuite une fois que Naska est dans son lit, je m'occupe du bain de Léonie, de la tétée, et voilà la boucle est bouclée.

 

Donc, oui, ça va.

Simplement, je n'ai pas pour le moment retrouvé l'envie ni l'énergie de reprendre mes activités. Je traine beaucoup dans l'appartement. Quand Léonie dort, je erre sur internet, ou je dors un peu, ou je zappe sur la télévision.

C'est un cercle vicieux, moins on en fait moins on a le coeur d'en faire...

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 22:16

Je n'ai pas pris le temps d'écrire ces derniers jours, mais j'ai bien l'intention de corriger ça dès demain.

Avec au programme :

- une lettre à la maternité pour râler sur leur discours relatif à l'allaitement

- une déclaration d'amour à Léonie (pour l'instant, je parle de moi, de mon vécu, de mon accouchement, mais pas d'ELLE)

- des anecdotes (elle a perdu son cordon le 1er décembre, oui, c'est un fait notable!).

- des récits, toussa toussa, par exemple, combien l'allaitement est fastoche cette fois-ci, ou bien une page sur la décoration du sapin de noël.

 

Voilà.

Tenez bon, je reviens, mais avant, je vais dormir un peu!

Repost 0
Published by Emilie - dans Au jour le jour
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 14:20

astro leonie

Vous êtes Sagittaire Ascendant Cancer


On pourrait également dire "Tortue Ascendant Escargot". Non pour stigmatiser une quelconque tendance à la lenteur. Simplement pour concilier ce besoin bien Sagittaire de se déplacer et celui, bien Cancer, de conserver un toit au-dessus de sa tête.

Afin d'éviter de trancher dans le vif, certains d'entre vous éliront même domicile dans une péniche.

Socialement, vous êtes plutôt bien intégré. Jupiter, en effet, divinité conformiste, ne permet pas aux idées subversives de se loger dans votre cerveau. Soucieux de vous inscrire dans la société qui vous a vu naître par votre Signe Solaire, désireux d'assurer la cohésion de votre clan familial par votre Signe Ascendant, vous respectez les us et coutumes avec une docilité proche du conformisme. Un idéal d'uniformité apparemment incompatible avec votre imagination frénétique et votre fantaisie débridée. Et si cette crainte instinctive des discordances ne dissimulait pas plutôt un besoin viscéral de paix et de silence ? De la quiétude qui règne dans les cathédrales et favorise les envolées de l'âme.

Tel un enfant découvrant la neige depuis sa fenêtre, et qui passe sa journée à regarder les flocons tourbillonner, vous abritez en vous un univers d'une richesse extraordinaire. La surprise est votre premier mouvement. L'émerveillement, votre seconde nature.

Avide de connaissances intellectuelles, vous vous montrez généralement un élève studieux, un spectateur bon public, un lecteur qui laisse glisser un roman de ses mains pour lui inventer un autre dénouement. De même, votre curiosité à l'égard du passé vous orientera avec bonheur vers les professions d'historien ou d'archiviste.

Tendre et généreux, vous personnifiez les vertus de l'amour domestique : fidèle par nature, indulgent vis-à-vis des incartades éventuelles de votre partenaire.

Comme tous ceux dont le Signe Solaire et le Signe Ascendant se trouvent en position de quinconce (aspect contradictoire), vous êtes le premier à être déboussolé par l'irrationalité de certains aspects de votre comportement.

Le Cancer a besoin d'un port d'attache. A défaut, il régresse et se réfugie dans le «vert paradis des amours enfantines», à grand renfort de souvenirs revisités, voire carrément inventés. Le Sagittaire, lui, va où le vent le pousse et il jette l'ancre au hasard des marées.

C'est dans son sillage que vous devez vous laisser entraîner si vous ne voulez pas que le passé oblitère les perspectives d'avenir. Quant à l'émotivité de votre Signe Ascendant, elle alimentera les grandes démonstrations de votre Signe Solaire. Pour mieux convaincre et faire vibrer votre auditoire.

 

Source

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 14:00

036 - Leonie 2 joursPour Naska, j’avais eu la péri.
Ça n’avait absolument pas soulagé les contractions dans mes reins, cette douleur insoutenable que j’ai retrouvée, à mon grand désespoir, pour Léonie.
Jusqu’à ce que je me retrouve jeudi à expérimenter un accouchement à nouveau, je disais «j’ai accouché avec péridurale, mais je n’ai pas senti la différence».
C’était le cas.
La péridurale, selon la théorie, soulage des contractions utérines et si elle est bien dosée, doit laisser suffisamment de sensations pour permettre à la femme de pousser correctement le moment venu.
J’avais continué à avoir un mal de dos insoutenable, mais les sages-femmes s’étaient mises à plusieurs pour m’ordonner de POUSSER. Y’en a même une qui avait appuyé sur mon ventre pour faire sortir le bébé, et je m’étais faite gronder comme quoi je poussais n’importe comment (alors que j’étais très concentrée à pousser selon les respirations, comme enseigné en cours d’accouchement). Au final, j’avais juste oublié la théorie, poussé du mieux que je pouvais, et Naska avait fini par sortir ; mais je ne savais pas trop dans quelle mesure j’étais intervenue. J’avais poussé, j’avais eu mal, j’avais accouché, mais le tout était un peu fouillis.

Pour Léonie, donc, pas de péri. Pas le temps. Les «contractouilles» trompeuses ont encore frappé! Et oui, sages-femmes, apprenez que chez Emilie, ce n’est pas l’utérus qui contracte mais les reins, et que si vous ne me croyez pas, vous allez vous retrouver comme des connes avec un bébé né sur le carrelage pendant que vous réfléchissiez à «devrait-on la mettre en salle d’accouchement».
Pas de péridurale, et les mêmes douleurs dans le dos.
Et puis quelque chose de nouveau : ce déplacement vers le bas, dans mon ventre. Une dilatation. Une douleur atroce tout en bas. Le BESOIN que ça cesse, et pour que ça cesse, le BESOIN de pousser.
«Bordel, que j’accouche et que ça s’arrête!» ai-je crié à un moment.
Et tous les discours de la terre, toutes les intervenantes perplexes de la maternité avec leur lenteur et leurs hésitations ne serviront à rien. Si mon corps a BESOIN de pousser, alors il poussera. C’est animal. Oubliez le cerveau, ou alors ne comptez que sur le reptilien, vous savez, celui qui remonte des dinosaures et qui dit «bouffer, chier, dormir, pondre, protéger progéniture».

Donc : déchirure pour Léonie.
Episiotomie pour Naska.

Décidément, l’accouchement de Naska aura bénéficié de toute les interventions humaines disponibles, et celui de Léonie aura été fait «au naturel».
Pour Naska, j’ai eu un malaise en quittant la salle d’accouchement. J’ai été malade/faible des jours durant, à ne pas pouvoir marcher, à souffrir tellement de cette partie du corps et de ma cicatrice que j’en étais totalement handicapée.
Pour Léonie, pas de malaise. De la fatigue, certes, mais pas les mêmes problèmes ; uriner se fait sans douleur, je peux marcher (même si je ne gambade pas encore) et j’ai dit tout naturellement à Jimmy tout à l’heure «demain on ira faire des courses». Alors qu’après mon accouchement de Naska, il m’a fallu plus d’une semaine pour envisager de sortir de chez moi.
Bref, soit Naska a dégagé une autoroute vers la sortie à la force de ses poings, permettant à sa petite soeur de venir au monde sans encombre, soit cette fois j’ai été une warrior et j’ai surmonté avec brio les pièges de l’enfantement.
En bref : je vais bien, j’ai deux magnifiques princesses, l’une aussi brune que l’autre est blonde, je m’apprête à ne plus dormir la nuit, mais je vais bien.

Ah et aussi : je maîtrise l’allaitement fingers in ze nose, alors qu’il y a deux ans ça avait été un vraiment difficile.
Bref, je suis wonder-maman!

Limite «hahaha, j’pourrais faire ça tous les ans».

Qui m’a crue?

 

FIN

Ou plutôt : ce n'est que le début! :-)

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 13:43

034 - Leonie 1 jourLa maternité est à quelques minutes seulement en voiture. Les maux de dos ne peuvent plus être ignorés, à présent. Je repense à ma belle-soeur qui s’est rendue à la maternité à pied, pour son second accouchement. C’est à moins d’un kilomètre de notre appartement, dans les pires scénarios imaginés (Jimmy absent, je dois me rendre seule à la maternité en pleine nuit...) je me disais que la distance serait faisable à pied.
Les contractions dans les reins ont eu vite fait de couper court à tout fantasme : je n’aurais pas fait 50 mètres, avec ces douleurs là!

Une fois sur place, on m’installe sous monitoring, on regarde mon dossier médical, on me pose des questions.
Col à 1cm.
Est-ce que je souhaite une péridurale? Si possible, oui.
Je reconnais la sage-femme, c’est la même qui s’est occupée de moi il y a deux ans. Celle qui a neuf enfants.
Les contractions dans les reins deviennent insoutenables. J’ai du mal à respirer, je souffle, je serre les dents, rien ne me soulage. Je demande si elles apparaissent sur le monito, et on me répond «ça contractouille. Une contraction fait de grandes vagues, comme ceci, mais vous ne faites que de petites ondulations».
Je me souviens il y a deux ans. J’avais envoyé un SMS à Jimmy disant «ça contractouille, ce ne sont même pas de vraies contractions, je vais douiller».
Rebelotte.
Sauf que cette fois, on ne me la fait pas!
J’ai mal au dos, ce sont mes contractions, et je vais accoucher. J’espère qu’elles n’attendent pas de voir apparaitre de vraies contractions sur leur foutu monito pour me passer en salle de travail, parce que sinon je vais accoucher ici même, et elles ne vont rien comprendre!
Pourquoi est-ce qu’on ne veut pas me croire? C’était comme ça déjà la dernière fois!

Et j’ai maaaaal!!!

Encore une fois, on me dit de me calmer, que je vais faire peur aux autres patientes. C’est tellement le même scénario qu’en 2008 que ça me fait rire. J’emmerde les autres patientes!

On me passe en salle d’accouchement. Je dois marcher. J’ai peine à monter sur le lit.
On vient me mettre une perfusion dans le bras gauche, et faire une prise de sang dans le bras droit.
Il faudrait peut-être prévenir l’anesthésiste?

A partir de là, Jimmy aura sans doute un regard plus objectif sur ce qui s’est passé. Il dit avoir vu la sage-femme commencer, discrètement, à s’impatienter quant à l’absence de l’anesthésiste. Moi j’ai rien vu.
Ce que j’ai vu par contre, c’est que personne n’a bougé le petit doigt.
J’apprends que je suis à 5 cm.
Formidable, et alors? Je vais accoucher, c’est ça le scoop?
Pourquoi personne ne vient m’aider?
Elles sont trois dans la pièce, à faire des allers-retours avec le couloir.

La douleur se déplace.

«le bébé descend!»
C’est moi qui ai crié ça.

On me regarde et on me répond «ne poussez pas, sinon vous allez vous déchirer».
De quoi?!
Pourquoi est-ce qu’on ne me met pas les pieds dans les étriers? Pourquoi personne ne vient accompagner mon bébé, pourquoi personne ne vient le guider pour sortir?
J’ai mal, c’est atroce, je ne suis pas dans une bonne position, on m’ordonne de garder les jambes à plat.
De quoi?!
Mais le bébé descend! La douleur se déplace!
«Mais aidez-moi!!!»
La sage-femme enfile ses gants en latex avec une lenteur exaspérante. Elle se tient debout, à bonne distance de mes jambes, et me jette un regard blasé : «je vous ai dit d’arrêter de pousser, sinon ça va déchirer!»

J’en pleure, c’est atroce, je broie la main de jimmy et je crie je crie, alors qu’ENFIN on m’aide à placer mes jambes dans les étriers et qu’on me donne une poignée à laquelle m’accrocher.
Un cri, une douleur épouvantable et subitement, le soulagement inhumain alors que plof, voilà que ça sort. Et ça glisse, replof, ça doit être les épaules, et replof, c’est fini.
La douleur a cessé, le soulagement est indescriptible. On pose le bébé sur mon ventre, c’est bien une petite fille, elle est toute brune et toute minuscule.
J’ai à peine le temps de la voir qu’on l’enlève et qu’une dame va lui enfiler des tuyaux et autres trucs utiles qu’on fait aux bébés à la naissance.
035 - Naska et Leonie 1 jourJimmy me demande si j’ai pensé à prendre l’appareil photo. La réponse est non, je l’ai regardé d’un air absent lorsque je passais en revue la liste des choses à ajouter à mon sac. Carte vitale, check ; appareil photo, bug ; dossier médical, check.
Pas grave, il a son iPhone de la mort, ça revient au même.

Retour à mon cas médical, j’ai droit à un regard consterné de la sage-femme qui me lance : «et voilà, c’est tout déchiré maintenant, je vais devoir appeler pour qu’on vous recouse, et il va être contrarié.»
L’envie me prend de lui jeter le placenta à la figure, à cette vieille peau.
J’ai le sentiment d’avoir accouché sans aide, juste la présence et la main chaude de Jimmy dans la mienne.

La suite n’est pas rigolote à raconter, points de suture, massages douloureux du ventre, sonde urinaire, et autres choses pas marrantes du tout.
Mais j’ai accouché sans péri.
Et je ne me suis pas évanouie, cette fois.

Et je suis donc désormais en mesure de dire, réellement, la différence entre péridurale et pas-péridurale.

 

(A suivre)

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

 

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

Recherche

Jimmy, Emilie et leurs enfants

Destiné à la famille, vous y trouverez l'actualité de la petite famille Goudin-Lopez, organisée par catégories. Des histoires de bébés,  de couture, de déco, de patchwork, de cuisine (mais pas trop) et plein de photos. Pour vous tenir au jus!

On vous embrasse, bonne visite!

La Jimilie's Family.

portrait_naska.jpg

Naska

Née le : 01 octobre 2008
astro : Balance
Yeux : bleus ; Cheveux : blonds
Parrain : Thibault&Emeline
Marraine : Emilie&Patrick

*~~*0*~~*

portrait_leonie.jpg

Léonie

Née le : 25 novembre 2010
astro : Sagittaire
Parrain : Edouard&Peggie
Marraine : Jeanne

 

Le livre Naska

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Liens