Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 12:59

poppins.jpgOui, j'avoue.

Il y a des choses que j'ai vues dans l'émission "Super-Nanny" sur M6 qui m'ont marquée, et que j'essaie d'appliquer dans l'éducation de ma fille. Ou plutôt : "dans la gestion des colères de ma fille".

 

Déjà, vous l'aurez remarqué, aucun lien avec l'image d'illustration. Cathy Sarraï (alias "Super-Nanny") aurait idéalement illustré cet article, mais j'ai trouvé notre chère Mary Poppins autrement plus photogénique. Qui pourra me le reprocher?

 

Alors voici les quelques astuces retenues de l'émission, et que j'applique dans la mesure du possible.

 

1- Valoriser l'enfant. Plutôt que de dire "parce que c'est comme ça", "parce que je l'ai décidé", "parce que je suis fatigué" ou le pire "pour me faire plaisir" (= chantage), il faut expliquer à son enfant qu'on lui demande des choses "parce qu'il est grand".

Exemple concret vu dans l'émission, une petite de 3 ans qui fait des colères si son papa ne la porte pas jusqu'à l'école. Le papa suit les conseils de Cathy, se met à la hauteur de sa fille, et lui dit "Emma, il faut marcher parce que papa est fatigué". MÎÎÎP. Faux. Elle ne doit pas marcher toute seule parce que papa est fatigué, elle doit marcher toute seule parce qu'elle est GRANDE. Être grand, ça implique de faire des choses de grands que les petits de font pas (faire du toboggan, par exemple), mais aussi de marcher tout seul : ce sont les bébés, qui sont portés et sont dans des landeaux.

En pratique, la difficulté majeure en ce moment avec Naska étant "le pot", j'essaie de lui expliquer qu'elle doit aller sur le pot parce qu'elle est grande. J'évite l'argument "pour me faire plaisir", qui relève du chantage affectif. Je lui explique que les grands vont sur les toilettes, et que Naska est désormais une grande. Les couches, c'est pour les bébés. Bon, ça marche moyennement. Mais ça finira bien par venir.

Autre exemple, quand elle fait des caprices au repas. J'évite le "mange pour me faire plaisir", encore une fois. Encore une fois, je lui explique que c'est important de manger "pour bien grandir". Encore une fois, ça fonctionne moyennement (quand elle ne veut pas, elle ne veut pas! Mais en adaptant les menus, on s'en sort de mieux en mieux. Par exemple elle rafolle des quiches/tartes salées, et c'est un plat complet (féculents dans la pâte, protéïnes car oeufs et parfois thon ou jambon, légumes.).

 

2- Prévenir. Dans l'émission, un petit garçon jouait avec un copain quand le papa qui a terminé son café déclare "on y va maintenant". Le gamin fait une colère. Conseil de Super-Nanny : anticiper. Prévenir son enfant "qu'il peut jouer encore 15 minutes, qu'on y va après". Pas de mauvaise surprise pour le garçon, et tout rendre dans l'ordre.

En pratique, Naska joue et j'annonce qu'il est l'heure de passer à table (ou au bain) : colère. Si j'annonce : Naska, tu peux jouer encore 10 minutes, et quand je reviens te chercher on va prendre le bain/passer à table", et bien croyez-le ou pas, mais elle me suit docilement. Ça fonctionne aussi pour la sieste. "Naska, dans 15 minutes ce sera l'heure d'aller se reposer". Et bien quand je l'emmène dans sa chambre 15 mn plus tard, elle est calme et ne discute pas.

Donc ce truc là, mamans qui me lisez, il est en béton armé. Efficacité +++, je recommande!

 

3- Avertir et agir. Si un enfant fait une colère dans l'émission, Super-Nanny le met en garde. S'il ne tient pas de la mise en garde, elle applique la sentence. A la télé, c'est très efficace.

En pratique, si Naska fait un caprice et que je la menace de la mettre au coin "si elle recommence à jeter les petits pois par terre", et bien je vais le faire si elle recommence. Et ensuite, il faut se tenir à la punition. Donc on ne donne pas des punitions intenables, genre "privée de dessert pendant 3 mois", qu'on ne tiendra pas et qui fait que Crapulon ne nous prendra pas au sérieux.

 

4- Punition. Alors là c'est pas du Super-Nanny, c'est du "tonton-Jérémy" : quand ses crapulons à lui font des caprices ou de grosses bêtises, il les punit "au coin". J'étais sceptique, me disant que Naska ne resterait pas au coin si je l'y mettais. Et bien si. Quand elle fait vraiment de grosses bêtises, après avertissement le cas échéant, elle est mise au coin. Et bien, elle y reste. En général, la condition qui va de pair est la suivante "Naska, si tu veux faire un gros caprice, tu le fais au coin, ça ne m'intéresse pas. Tu reviendras me voir quand tu seras calmée."

Le coin, ça dure 5 minutes, pas plus, et c'est vexant pour le Crapulon sans être une fessée ni un châtiment corporel. Avec Naska, le coin c'est la punition ultime, réservée aux cas extrèmes, par exemple quand elle a barbouillé sa chambre de Bleu de Milian (RAAH!) ou quand elle fait de très gros caprices, voire qu'elle me tape.

 

5- Deux astuces de vocabulaire. (Pas du tout vues à la télé, mais "inventées" et appliquées quotidiennement par moi même, sans le conseil de personne). Naska dort BIEN. Depuis qu'elle est toute petite, elle dort bien, et ne fait pas de problèmes pour aller au dodo, et vraiment très rarement pour la sieste (enquel cas, un simple "tu peux jouer encore 10 minutes mais quand je reviens, c'est dodo" suffit.). Alors je ne suis pas certaine de ma part de responsabilité dans cette aptitude au sommeil, mais...

  • - A chaque fois que je la couche, et ce depuis toujours, j'agrémente avec un "aaaah qu'on est bien dans son liiit" (que je pense sincèrement, je m'exclame la même chose dès que je vais me coucher) ; alors peut-être que c'est contagieux, allez savoir.
  • - JAMAIS on ne l'a punie "au lit". Jamais, never, nunca, niemals. Son lit n'est pas un endroit de punition. Aller se coucher n'est pas une punition. Donc même quand elle est insupportable, elle est punie au coin, voir parfois punie dans sa chambre, mais JAMAIS punie "au lit". Pour que le lit reste un endroit douillet, sécurisant, agréable, où il fait bon se blottir. Et ne devienne surtout pas le moyen par lequel elle est punie et donc malheureuse. Sinon, comment voulez-vous qu'un enfant accepte d'aller à la sieste ou au dodo le soir, si son lit est un instrument de punition? Pas étonnant qu'il soit malheureux...

Seconde astuce de vocabulaire, bien qu'il soit encore trop tôt pour savoir ses effets réels : ne jamais juger Naska, et essayer de parler le plus possible de mon ressenti à moi. Préférer "je ne suis pas d'accord" ou "tu as mal agi"  ou "tu me fatigues" à "tu es nulle", "tu es chiante". C'est une question d'appréhension de soi, lorsque l'enfant grandit. Qu'il ne se dise pas "de toute façon je ne suis qu'un nul" (voire "de toute façon mes parents me trouvent toujours nul"); mais qu'il puisse simplement se dire que ses parents désapprouvent, voire qu'il a fait une connerie, mais que ça ne remet pas en question ce qu'il est ni le fait qu'on l'aime fort.

 

Voilà, c'était ma leçon d'éducation du jour.

Merci Super-Nanny, et merci Naska qui est toujours là pour m'enseigner comment être sa maman! ^__^

Partager cet article

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article

commentaires

Virginie 01/11/2010 22:29



Bon, là, selon la théorie, il doit couver quelque chose... Il a pas arrêté de chouiner toute la journée, c'est éneeeervant! Et il veut pas dire pourquoi, il continue de geindre et ça nous casse
les oreilles.  Du coup, on l'envoie dans sa chambre pour râler tout seul.  A sa décharge, il a un rhume et une sale toux.  Et ça fait deux jours que je me demande s'il n'est pas
légèrement fiévreux.  Faudra que je vérifie un de ces 4.  Enfin, là, c'est plus mes oignons, il est chez ses grands parents jusque mercredi o/.  


 


Sinon, y a de l'espoir pour la sieste, cette après-midi, il a dormi deux heures! Endormi en 5 minutes, il en avait vraiment besoin, et pourtant, on avait réussi à le tenir au lit jusque 8h ce
matin.  D'habitude, quand il fait "la grève de la sieste", on le laisse effectivement seul dans sa chambre et on s'occupe ou on va pieuter, mais ça finit généralement par une bêtise (genre
je saute sur mon lit, ou bien je tape un truc par terre, et ça empêche les autres de dormir).  Et puis, du coup, quand il a pas dormi, la fin de journée est plus difficile... mais il
s'endort plus vite, ça compense légèrement.  Je me demande quand même s'il n'arrive pas tout doucement à l'âge où la sieste est moins importante? Du moins, à la maison... parce qu'à la
crèche, avec l'agitation, là, un dodo est nécessaire.  Bref, difficile de savoir si on doit continuer à lutter pour la sieste (sachant qu'il ne dort que 10-11h par nuit), ou bien simplement
laisser tomber et pas se prendre le chou avec ça.  



lincey 01/11/2010 00:02



coucou


j'ai pour habitude de toujours rendre visite aux gens qui me laissent un com ! alors je viens faire ma p'tite curieuse chez toi sympa ton blog !! je vois que tu attends un heureux évènement (je comprends mieux pourquoi tu t'intéresses à mon gâteau aux fraises, des envies de femme enceinte !!hihi), c'est
merveilleux alors bon courage pour la suite et beaucoup de bonheur à toi et ta p'tite famille !!! biz et bonne nuit



Emilie 01/11/2010 08:43



Hello, merci pour la visite.


Et encore Joyeux Anniversaire à ton bonhonne!



Virginie 31/10/2010 20:59



Mon expérience à moi : 


1. Aller sur le pot "parce que tu es grand", ça ne marche pas chez nous.  Quand il veut pas, il veut pas, c'est un blocage.  Et il est tout à fait d'accord que "les grands garçons ne
font plus dans leur culotte", et que "c'est dommage", les accidents, et tout et tout, ça n'empêche que c'est pas encore gagné.  Le seul truc pour limiter les dégâts : Le mettre (de force
s'il le faut) sur le pot bien régulièrement. Une fois qu'il y est, c'est bon, mais si on oublie, la probabilité d'accident augmente proportionnellement (pour le dernier en date, il était sur mes
genoux... on avait une tenue de rechange pour lui, pas pour moi!).   Et encore, ça, c'est pour la partie liquide.  Pour le solide, c'est encore pire.  Bref, je désespère.  En
être toujours là alors qu'il ne met plus de couches depuis l'été, c'est quand même long...


2.  Là, efficacité mitigée chez nous.  Quand j'annonce qu'après la fin de l'épisode de Tintin, on éteint l'ordi, j'ai quand même droit à la crise.  Mais dans d'autres
circonstances, ça peut effectivement mieux marcher.  Sinon, pour les enfants plus grands avec qui ça ne marche plus, utiliser une minuterie peut s'avérer efficace.  La sonnerie fait un
peu office d'"arbitre impartial".  


3/4 : Utilisé une seule fois, mais avec succès.  Après avoir refusé de s'assoir correctement dans la chaise, je lui ai dit que s'il n'obéissait pas tout de suite, il irait dans son lit sans
manger, sans histoire.  J'ai juste eu à le sortir de sa chaise, il est allé dans son lit tout seul et s'est mis à pleurer de désespoir.  Après deux minutes, je lui ai dit qu'il pouvait
revenir, il s'est assis convenablement et a mangé tout docilement.  Par contre, le soir même, il a fallu longuement le rassurer sur le fait que plus personne n'était fâché, ni moi, ni ses
grands parents, oncles, tantes et companie... 


 


5.  Cfr plus haut, on l'a puni une fois en l'envoyant au lit.  Pas réfléchi sur le moment.  Mais bon, ça n'a pas joué, ouf, il est en général toujours content d'aller dans son lit
depuis quelques temps.  Par contre, c'est pas pour ça qu'il dormira.  Il est capable de rester seul dans son lit pendant une heure à s'amuser tout seul, à sauter sur son matelas ou à
raconter des histoires à ses peluches.  On n'a toujours pas trouvé de solution, il n'a plus fait de sieste à la maison depuis 3 semaines.  Je suis en train de faire mon deuil des
siestes... 


A part ça, j'adhère tout à fait à la seconde astuce.  


 


Sinon, moi, ma règle d'or : Quand le loustic fait une colère, d'abord réfléchir à l'heure qu'il est : la plupart du temps, c'est qu'il est fatigué/a faim, ou alors n'est pas en forme.  Quand
on a l'explication de la colère, c'est tout de suite plus facile à supporter/gérer.  La dernière colère en date : Il a piqué une crise pour ne pas venir à table ni manger.  On s'est
faché, il a mangé un peu, mais deux heures après, il a tout vomi dans son lit.  Aujourd'hui, il a beaucoup chouiné, mais on est rentrés tard hier + changement d'heures + pas de sieste = de
bonnes raisons pour lui de ne pas être de bonne humeur.  Donc, ce soir, c'était au lit dès la fin du souper, et endormissement-câlin dans les bras de Maman.  



Emilie 01/11/2010 18:38



C'est vrai qu'avoir la raison de la colère/Mauvaise humeur change tout.


Comme je le disais dans mon article "mère indigne", quand
Naska est vraiment casse-pied, c'est qu'il se passe quelque chose. Je veux dire autre chose que de la mauvaise humeur sans raison. Qu'elle soit malade, par exemple. Les gros caprices autour du
repas, ça finit par un vomissement ("voilà, j'aurais pas du insister, elle était barbouillée". *Avalanche de culpabilité*). La fatigue et l'absence de sieste jouent beaucoup aussi.


Heureusement, pour le moment Naska ne coupe pas à la sieste. Les fois où elle ne veut pas dormir, on l'entend gazouiller longuement dans son lit, on sait qu'elle joue avec ses peluches. Ce n'est
pas grave, c'est un moment calme, un moment de repos pour nous autant que pour elle. Ça se termine généralement par un assoupissement, mais il y a quelques exceptions. Cependant, ça permet une
coupure sereine/repos dans la journée, donc ça ne me dérange pas si elle n'a pas dormi.


Mais une fois encore, Naska sans sieste c'est la cata. Donc pour le moment, et pour longtemps encore, 13h = DODO! (et maman avec, "vite vite, j'ai une heure pour dormir!"). là c'est l'hiver, elle
hiberne, et dort parfois deux heures. Cool! "vite, vite, j'ai deux heures pour dormir!").



Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

 

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

Recherche

Jimmy, Emilie et leurs enfants

Destiné à la famille, vous y trouverez l'actualité de la petite famille Goudin-Lopez, organisée par catégories. Des histoires de bébés,  de couture, de déco, de patchwork, de cuisine (mais pas trop) et plein de photos. Pour vous tenir au jus!

On vous embrasse, bonne visite!

La Jimilie's Family.

portrait_naska.jpg

Naska

Née le : 01 octobre 2008
astro : Balance
Yeux : bleus ; Cheveux : blonds
Parrain : Thibault&Emeline
Marraine : Emilie&Patrick

*~~*0*~~*

portrait_leonie.jpg

Léonie

Née le : 25 novembre 2010
astro : Sagittaire
Parrain : Edouard&Peggie
Marraine : Jeanne

 

Le livre Naska

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Liens