Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 13:43

034 - Leonie 1 jourLa maternité est à quelques minutes seulement en voiture. Les maux de dos ne peuvent plus être ignorés, à présent. Je repense à ma belle-soeur qui s’est rendue à la maternité à pied, pour son second accouchement. C’est à moins d’un kilomètre de notre appartement, dans les pires scénarios imaginés (Jimmy absent, je dois me rendre seule à la maternité en pleine nuit...) je me disais que la distance serait faisable à pied.
Les contractions dans les reins ont eu vite fait de couper court à tout fantasme : je n’aurais pas fait 50 mètres, avec ces douleurs là!

Une fois sur place, on m’installe sous monitoring, on regarde mon dossier médical, on me pose des questions.
Col à 1cm.
Est-ce que je souhaite une péridurale? Si possible, oui.
Je reconnais la sage-femme, c’est la même qui s’est occupée de moi il y a deux ans. Celle qui a neuf enfants.
Les contractions dans les reins deviennent insoutenables. J’ai du mal à respirer, je souffle, je serre les dents, rien ne me soulage. Je demande si elles apparaissent sur le monito, et on me répond «ça contractouille. Une contraction fait de grandes vagues, comme ceci, mais vous ne faites que de petites ondulations».
Je me souviens il y a deux ans. J’avais envoyé un SMS à Jimmy disant «ça contractouille, ce ne sont même pas de vraies contractions, je vais douiller».
Rebelotte.
Sauf que cette fois, on ne me la fait pas!
J’ai mal au dos, ce sont mes contractions, et je vais accoucher. J’espère qu’elles n’attendent pas de voir apparaitre de vraies contractions sur leur foutu monito pour me passer en salle de travail, parce que sinon je vais accoucher ici même, et elles ne vont rien comprendre!
Pourquoi est-ce qu’on ne veut pas me croire? C’était comme ça déjà la dernière fois!

Et j’ai maaaaal!!!

Encore une fois, on me dit de me calmer, que je vais faire peur aux autres patientes. C’est tellement le même scénario qu’en 2008 que ça me fait rire. J’emmerde les autres patientes!

On me passe en salle d’accouchement. Je dois marcher. J’ai peine à monter sur le lit.
On vient me mettre une perfusion dans le bras gauche, et faire une prise de sang dans le bras droit.
Il faudrait peut-être prévenir l’anesthésiste?

A partir de là, Jimmy aura sans doute un regard plus objectif sur ce qui s’est passé. Il dit avoir vu la sage-femme commencer, discrètement, à s’impatienter quant à l’absence de l’anesthésiste. Moi j’ai rien vu.
Ce que j’ai vu par contre, c’est que personne n’a bougé le petit doigt.
J’apprends que je suis à 5 cm.
Formidable, et alors? Je vais accoucher, c’est ça le scoop?
Pourquoi personne ne vient m’aider?
Elles sont trois dans la pièce, à faire des allers-retours avec le couloir.

La douleur se déplace.

«le bébé descend!»
C’est moi qui ai crié ça.

On me regarde et on me répond «ne poussez pas, sinon vous allez vous déchirer».
De quoi?!
Pourquoi est-ce qu’on ne me met pas les pieds dans les étriers? Pourquoi personne ne vient accompagner mon bébé, pourquoi personne ne vient le guider pour sortir?
J’ai mal, c’est atroce, je ne suis pas dans une bonne position, on m’ordonne de garder les jambes à plat.
De quoi?!
Mais le bébé descend! La douleur se déplace!
«Mais aidez-moi!!!»
La sage-femme enfile ses gants en latex avec une lenteur exaspérante. Elle se tient debout, à bonne distance de mes jambes, et me jette un regard blasé : «je vous ai dit d’arrêter de pousser, sinon ça va déchirer!»

J’en pleure, c’est atroce, je broie la main de jimmy et je crie je crie, alors qu’ENFIN on m’aide à placer mes jambes dans les étriers et qu’on me donne une poignée à laquelle m’accrocher.
Un cri, une douleur épouvantable et subitement, le soulagement inhumain alors que plof, voilà que ça sort. Et ça glisse, replof, ça doit être les épaules, et replof, c’est fini.
La douleur a cessé, le soulagement est indescriptible. On pose le bébé sur mon ventre, c’est bien une petite fille, elle est toute brune et toute minuscule.
J’ai à peine le temps de la voir qu’on l’enlève et qu’une dame va lui enfiler des tuyaux et autres trucs utiles qu’on fait aux bébés à la naissance.
035 - Naska et Leonie 1 jourJimmy me demande si j’ai pensé à prendre l’appareil photo. La réponse est non, je l’ai regardé d’un air absent lorsque je passais en revue la liste des choses à ajouter à mon sac. Carte vitale, check ; appareil photo, bug ; dossier médical, check.
Pas grave, il a son iPhone de la mort, ça revient au même.

Retour à mon cas médical, j’ai droit à un regard consterné de la sage-femme qui me lance : «et voilà, c’est tout déchiré maintenant, je vais devoir appeler pour qu’on vous recouse, et il va être contrarié.»
L’envie me prend de lui jeter le placenta à la figure, à cette vieille peau.
J’ai le sentiment d’avoir accouché sans aide, juste la présence et la main chaude de Jimmy dans la mienne.

La suite n’est pas rigolote à raconter, points de suture, massages douloureux du ventre, sonde urinaire, et autres choses pas marrantes du tout.
Mais j’ai accouché sans péri.
Et je ne me suis pas évanouie, cette fois.

Et je suis donc désormais en mesure de dire, réellement, la différence entre péridurale et pas-péridurale.

 

(A suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by Emilie - dans Enfants
commenter cet article

commentaires

Virginie 30/11/2010 15:04



Impressionnant récit!  Bravo à toi pour avoir si bien pu décoder ce qui se passait dans ton corps, contrairement à ce que racontaient les sages-femmes.   Punaise, je suis choquée
par leur attitude... elles ont déjà vu un accouchement "normal", quand on laisse la maman accoucher sans la déranger? Elles savent pas que la poussée spontanée, la vraie poussée, quand les
conditions sont réunies pour qu'elle se produite, elle se contrôle pas (comme tu dis plus haut, le "cerveau reptilien" :-p )? Ou alors, éventuellement en proposant des positions ou des
respirations pour ralentir le bébé, bref, en soutenant la maman, pas en se contentant vaguement de lui donner des ordres absurdes, m'enfin! 


Et le "Et voilà, c'est tout déchiré maintenant", il est effectivement consternant.  C'était son job, aussi, d'éventuellement "amortir" la pression de la tête de la puce pour laisser le temps
à ton périnée de s'assouplir et de s'ouvrir, au lieu de bailler aux corneilles à trois mètres du champ de bataille. 


Enfin, contente que tout se soit finalement bien passé, et que visiblement, tu récupères bien de l'arrivée en "boulet de canon" de Léonie! 



Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

 

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

Recherche

Jimmy, Emilie et leurs enfants

Destiné à la famille, vous y trouverez l'actualité de la petite famille Goudin-Lopez, organisée par catégories. Des histoires de bébés,  de couture, de déco, de patchwork, de cuisine (mais pas trop) et plein de photos. Pour vous tenir au jus!

On vous embrasse, bonne visite!

La Jimilie's Family.

portrait_naska.jpg

Naska

Née le : 01 octobre 2008
astro : Balance
Yeux : bleus ; Cheveux : blonds
Parrain : Thibault&Emeline
Marraine : Emilie&Patrick

*~~*0*~~*

portrait_leonie.jpg

Léonie

Née le : 25 novembre 2010
astro : Sagittaire
Parrain : Edouard&Peggie
Marraine : Jeanne

 

Le livre Naska

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Liens