Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 17:28

Je me demande tous les jours comment gérer le rapport quotidien à la religion dans la vie de tous les jours de mes filles. Notez la subtilité de la formule. Je ne me demande comment leur enseigner le cathé, ou comment ne pas leur enseigner le cathé. Je me demande exactement la combo des deux : "comment leur enseigner la religion sans en faire des chretiennes".

 

Mon expérience perso (que je crois la bonne, évidemment, sinon je ferais en sorte d'y remédier) est la suivante.

Je suis issue d'une famille classique sans être traditionnelle. On faisait la crèche et on allait, si on voulait, à la messe de minuit, de Pâques, ou la messe de quand on voulait, mais sans contrainte. Mes grands-parents ont reçu une éducation catholique, et je pense qu'ils sont chrétiens, sans être très pratiquants.

Par exemple, je ne crois pas qu'ils aillent à la messe, sauf cas particuliers, mais je sais qu'ils sont pro-mariage-pour-tous. je crois que c'est une question de tolérance, et de ne pas adopter une position basée sur le rejet.

 

Ma maman est tiède sur la religion, plutôt oeucuménique, souhaitant que "ses enfants adoptent la foi/l'absence de foi qu'ils veulent" et constatant que ses enfants adopteraient en fait forcément la foi qu'ils auront reçu dans leur éducation, donc catholique soft.

Elle a donné des cours de cathéchisme.

Je lui ai demandé il y a quelques années si elle croyait vraiment à un barbu assis sur un nuage ; elle m'a répondu que bien sur que non. Que la foi, c'est plutôt un état d'esprit. Croire en quelque chose de meilleur, remettre en question son rôle dans le monde et dans l'univers. Dieu n'est pas un bonhomme avec une barbe blanche, c'est plutôt l'idée d'un monde, d'un tout, tellement grandiose, dont nous ferions partie. Elle n'a probablement pas  dit ça, mais j'en ai compris que peu importe la religion, ce qui compte c'est d'avoir la foi, dans le sens : faire partie d'un tout, faire partie du monde, et agir avec respect envers ce qui compose ce monde (les hommes, la nature, le passé, le présent, le futur, tout ça).

 

Quand j'étais, j'ai demandé à aller au cathé, parce que mes copines de classe, en particulier celles qui étaient très bonnes élèves, y allaient aussi.

Maman m'a inscrite à la paroisse de la ZUP, la zone d'urbanisation prioritaire, remplie de gens de toutes les couleurs et de milieu plutôt modeste. Le prêtre, pour ce que je m'en souviens, était vraiment sympa. Elle ne m'a pas inscrite à la paroisse où allaient mes camarades de classe bonnes élèves, parce que c'était un vieux curé qui je crois, était un peu réac. Je pense qu'il était du genre à enseigner qu'il faut croire dur comme fer à un barbu sur un nuage, alors que celui de la ZUP enseignait plutôt "aimez-vous les uns les autres".

J'ai demandé à être baptisée, j'ai demandé à faire ma première communion.

j'ai pris des distances avec l'Eglise par inatention, en devenant ado j'ai juste omis d'y aller.

 

A 15 ans, j'ai été scolarisée aux Etats-Unis, où j'ai été confrontée d'un coup, et sans m'y attendre, à la quantité incroyable de sectes chrétiennes diverses, et à leur extrémisme agressif. On a essayé, à même le lycée, de me convertir à la foi Baptiste, à la foi Mormone, à la foi catholique romaine, et j'en oublie. Plus mes camarades, des jeunes filles de mon âge, m'expliquaient que j'irai en Enfer si je ne me convertissais pas à leurs croyances (puis Natalie la mormone me prennait à par pour me dire de ne pas écouter Amanda, que l'Enfer n'existait pas, que ELLE avait la vraie foi), plus je me suis demandé comment pouvait-on adhérer à ce ramassis de conneries.

J'ai découvert, et ça a été un choc, qu'on enseignait le créationnisme dans certaines écoles. Ça m'a paru un acte d'une gravité extrème. je croyais, jusque là, que la Bible était un ensemble de paraboles, des contes philosophiques pleine de symboles. Dieu n'a pas *vraiment* créé la terre en 6 jours et l'homme avec de l'argile. C'est une question d'énergie, de physique, de métaphysique, d'éléments se combinant les uns avec les autres, et tout est né à partir de presque rien, et les animaux comme les hommes sont le fruit d'une évolution si complexe qu'elle échappe encore à la science, etc etc.

 

Plus on m'a sermonnée sur l'ancien testament comme vérité absolue, plus j'ai été convaincue que c'était grave, et plus j'ai perdu la foi.

Les seules fois, aujourd'hui, où j'en appelle à Dieu, ce sont dans des moments de très grand désespoir, où je me sens si démunie face à quelque chose que je vais mettre un cierge dans une église parce que ça me réconforte. Une amie a failli perdre son bébé lors de l'accouchement, je suis restée 3 jours sans nouvelles, la peur au ventre à l'idée de l'horreur qu'elle devait vivre si son enfant devait être mort-né. J'ai allumé un cierge pour elle, parce que je ne pouvais juste pas rester là à me ronger les ongles et à angoisser. Ça m'a apaisée, sans doute parce que j'ai mis mon angoisse dans la bougie et dans cette église plutôt que de la conserver nouée au creux de mon ventre. Non, je ne crois pas qu'un bonhomme sur un nuage se soit penché sur mon cas pour m'apaiser.

 

Le ramassis de conneries que font les hommes au nom de leur dieu (chacun le sien) m'ont fâchée avec la religion de manière définitive. J'ai cessé d'être oeucuménique, parce qu'en fait, aucune religion n'encourage à ce mode de pensée là. Elles sont toutes fermées, enfermées dans leurs dogmes, ayant décidé arbitrairement que dieu était un barbu avec un turban, un barbu sans turban, un éléphant bleu (avec turban), ou que sais-je. On ne peut pas être chrétienne sans croire en Dieu. Je ne crois pas en Dieu. Je crois que Jésus a existé, et d'ailleurs je trouve le nouveau testament plutôt sympa. C'est lui qui parle de pardonner, de ne pas juger, de non violence, de tolérance, étou étou. Constater qu'il y a autant d'imbéciles pour porter des pancartes "Jesus hates fags" m'a facilité la prise de distance. Par contre, je ne crois pas qu'il soit le fils de Dieu, je ne crois pas à la virginité de Marie, tout comme je ne crois pas au père noël ni aux licornes.

Je ne suis donc pas bienvenue chez les chrétiens, et pourtant je pense qu'il doit y en avoir, quelque part, qui trouvent une sérénité dans une certaine forme de religion.

Ce que je vois aujourd'hui, dans les religions, c'est juste de la haine et du bourrage de crâne.

 

J'ai lu chez Ken Follett, dans "Un monde sans fin" (que je n'ai pas aimé, d'ailleurs), cette phrase d'un des personnages. C'est une fille qui soigne des malades, vers la fin du  moyen-âge, et qui déclare quelque chose du genre : "s'il existe une multitude de remèdes à une même maladie, alors aucun ne fonctionne. S'il y avait un remède efficace, il aurait rapidement été adopté et transmis."

Cette phrase s'applique merveilleusement au concept de Dieu.

S'il existe une multitude de religions/dieu, alors aucun n'existe. S'il y avait un vrai dieu, il aurait rapidement été adopté et transmis.

A la lumière de cette petite phrase, pourquoi Yahvé serait-il plus réel que Ganesh, Odin ou Zeus? Il y a des fanatiques de Dieu, comme il y a eu des fanatiques d'Odin, qui ont fait couler du sang à sa gloire et en son honneur. Alors quoi? En quoi les arguments des musulmans aujourd'hui seraient-ils plus fondés que ceux des hindous?

 

Néanmoins, à la lumière de mon rejet envers les religions, aujourd'hui, je me demande quoi enseigner à mes filles.

La chrétienté est un pillier de notre culture occidentale. Les églises sont partout. Les représentations de Jésus et de Marie aussi. On a un jour ferié à Noël, à Pâques, à l'Ascension, à la Pentecôte, à l'Assomption et à la Toussain (vive la laïcité, tiens) ! Je fête noël à la maison, sans crèche, mais avec du saumon fumé et des cadeaux... N'est-ce pas le sommet de l'hypocrisie?

Je n'ai pas le courage de mettre une crèche, déjà parce que je suis en plein rejet de la chrétienté, mais aussi parce que je ne sais pas comment l'expliquer à mes filles. "Alors Jésus, c'est un monsieur qui a enseigné aux gens à s'aimer les uns les autres. On raconte qu'il est le fils de Dieu mais c'est des bêtises parce que Dieu n'existe pas, mais c'est quand même important de connaitre le contexte. Il est né il y a environ 2000 ans, il a été crucifié à 32 ans, et il a enseigné beaucoup de choses très intéressantes à propos de tolérance et d'amour de son prochain, mais il parlait aussi beaucoup de Dieu, ce qui m'enquiquine pour vous lire le nouveau testament."

 

J'aimerais bien que mes filles connaissent la bible, l'Eglise, tout ça, mais qu'elles ne se mettent pas à des bondieuseries. Je ne peux pas les inscrire au cathéchisme parce que si elles tombent sur un curé qui leur enseigne que "aimez vous les uns les autres mais pas les pédés", je vais être fâchée.

De même s'il leur enseigne "ne faites pas de mal à autrui sinon vous irez en enfer" (parce que avoir une vie juste, parce qu'on a envie, non? Faut forcément que ça soit sous la menace? Ah bravo.)

De même s'il leur enseigne "le nouveau testament est un ensemble de textes sur lequel a été fondé toute notre société occidentale actuelle, mais mangez le corps du Christ et faites le signe de croix sinon le bonhomme sur le nuage sera pas content".

 

Bref, vous avez saisi l'idée.

Je me demande comment enseigner le cathé à mes filles sans leur bourrer le crâne avec le ramassis de méchancetés et de bêtises colportées par les curés aujourd'hui, sous couvert d'amour de son prochain (sinon c'est pas drôle).

 

Comme je ne vois pas comment faire ça,

Ça va finir en rien d'enseigné du tout, si ce n'est un athéisme militant, qui fera qu'aux final elles n'auront peut-être pas les éléments de religion nécessaires à leur compréhension du contexte culturel occidental qui m'a ammenée à la rejeter (la religion, suivez un peu) ; et donc qu'au final elles risquent d'y adhérer, ce qui me ferait mal. 

Enfin ça dépend dans quelle mesure, car je connais aussi des chrétiens très bien. Plein d'amour et de tolérance et de bon esprit et de bonne humeur et de tout ce qui est positif dans la foi.

Ma famille déjà, pour ceux qui sont chrétiens. Certain(e)s ami(e)s et relations, aussi.

 

Bref, je suis coincée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emilie - dans Au jour le jour
commenter cet article

commentaires

Peg 22/05/2013 22:19


Toi et moi avons des parcours plus ou moins similaires niveau éducation religieuse lorsque nous étions enfants.


Ma famille est de religion catholique mais non pratiquante ce qui signifie que nous n'allions pas à la messe sauf lors des cérémonies types mariages, baptèmes... et que j'ai été scolarisée dans
un établissement privé catho mais plus pour la sécurité que ça apportait que pour la religions.


Mes parents font toujours une crêche à noël mais ils m'ont rarement parlé de religion, par contre ils m'ont dit qu'ils croyaient en Dieu (sans vraiment m'expliquer) et m'ont proposé d'aller au
cathéchisme pour avoir des réponses à mes questions.


Je suis donc allée au cathéchisme mais je suis tombée sur un prêtre qui avait du mal à supporter les questions et les doutes et comme j'avais beaucoup de questions, on a fini par avoir des mères
de famille qui ont prit le relais du prêtre et on m'a prié (lol) d'arrêter mes questions et de croire tout ce qu'on me disait. On m'a même dit que je ne pouvais pas lire la bible car je ne la
comprendrais pas donc qu'il fallait que je me fie à ce qu'on me disait et c'est tout.


J'ai fais ma 1ere communion et ma profession de foi mais j'ai fini par m'éloigner de la religion catholique car je n'avais toujours pas de réponses à mes questions.


Il y a qq années j'ai éprouvé le besoin de trouver des réponses à ces questions qui me hantaient depuis tout ce temps. Cependant je ne voulais pas revenir vèrs le catholicisme que je trouvais
trop strict et intolérant, mais j'avais la foi en qqchose, je ne savais plus trop quoi... Je me suis tournée vèrs le boudhisme en me disant que je voulais en savoir plus, j'étais attirée par la
tolérance générale de cette religion mais plus j'apprenais à la connaître plus je me rendais compte que ça ne correspondait pas à ma foi même si je respecte énormément cette
religion/philosophie...


Puis Loïc et moi avons parlé mariage, mais je ne pouvais concevoir une union sans une cérémonie religieuse qui pour moi correspond réellement au mariage en lui meme.


J'ai pris contact avec un prêtre de l'église de ma ville et là come back en arrière, un prêtre plutôt réac et peu tolérant. Puis j'ai entendu parlé de la pasteur du temple protestant de nantes.
Je lui ai téléphoné et elle m'a proposé un rv. Elle m'a d'emblée mit une bible entre les mains et après avoir discuté pendant pres d'une heure m'a proposé qu'on se revoit à plusieurs reprises et
de participer à un parcours Alpha ce qui correspond à une sorte de cathé pour adulte croyant ou non, tout le monde est le bienvenu pour échanger et parler de la bible.


J'en suis ressortir étonnée par la tolérance de toutes les personnes que j'ai rencontré, et j'ai enfin eu les réponses à mes questions.


Il s'avère aussi que j'ai vraiment retrouvé les fondements de ma foi dans cette religion qui n'est finalement pas très loin de la religion catholique mais avec qq points très divergents. Personne
ne me force à aller au temple toute les semaine, personne ne me rejette car je ne partage pas toutes les idées pronées, la tolérance y est partout et chacun a droit d'avoir son avis du moment
qu'il respecte les autres, en l'occurence sur le sujet du mariage pour tous...


Je pense que lorsque nous aurons des enfants avec Loïc je leur proposerai d'aller au cathé de cette paroisse protestante, qu'ils continueront ou pas selon leurs souhaits, et que je leur lirai un
livre imagé pour enfants sur l'histoire la religion chrétienne. Après ils feront ce qu'ils veulent...

Emilie (l'autre) 22/05/2013 18:19


Huuum... Sauf que la connaissance d'une histoire ou d'une culture n'impliquent pas forcément la ferveur. Je veux dire, tu connais plein de contes et légendes non ? Des histoires de nymphes
grecques, d'elfes irlandais, de déesses égyptiennes, de héros scandinaves... Et pourtant, tu ne pratiques aucun de ces cultes, ni n'a de foi réelle en aucunes des croyances qui sont liées à tout
ça.


De mon coté, j'ai une mamie vaguement catho (ouais, le catholicisme breton de village, qui ressemble plus à un tas de superstitions qu'au truc enseigné à Rome), quelques connaissances baptisées,
j'ai du faire 3 cours de catéchisme (par curiosité, une lubie d'ado), et j'aime bien visiter les églises (c'est joli). Voilà. C'est tout. Mes parents ne m'en ont jamais spécialement parlé, ils
ont juste répondu à mes questions à l'occasion (d'ailleurs, ta famille telle que tu la décris me semble plutôt pratiquante en fait : aller à la messe de minuit, c'est un truc qui ne nous serait
jamais venu à l'esprit, Noël c'est le sapin, les cadeaux et le fameux saumon fumé).


Après tu vois, je connais quand même Jésus, je sais ce que c'est qu'une crêche, et pourquoi certaines personnes en mettent. Sans les avoir lu, j'ai entendu parler de la plupart des épisodes
marquants de l'Ancien et du Nouveau Testament (je trouve l'ancien plus funky, c'est plus épique). Je connais le rôle de la religion, et notamment de la chrétienté dans notre histoire, dans notre
culture, mais aussi dans l'art, l'architecture, et la multiplication des pa... des jours fériés. Mais tout ça pour moi, ça n'implique pas d'y apporter une quelconque foi. Pas plus que je ne crois
aux nymphes et aux ondines, et pourtant, j'adore les histoires qui en parlent.


Bref, tout ça pour dire que le contexte culturel d'un pays et d'une époque, ça s'apprend aussi en baignant dedans. Et que ce n'est pas parce que tu racontes l'histoire de Jésus à tes filles
qu'elles vont forcément partir en free style et devenir nonnes. Je veux dire, tu passes tes journées à leur parler de choses sympas qui n'existent pas et qui reposent surtout sur de jolies
paraboles : Star Wars et Harry Potter, pour ne citer que ceux qui sont à la mode en ce moment. Jésus, c'est juste un genre de jedi, nan ? 

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

 

Lilypie - Personal pictureLilypie Kids Birthday tickers

Recherche

Jimmy, Emilie et leurs enfants

Destiné à la famille, vous y trouverez l'actualité de la petite famille Goudin-Lopez, organisée par catégories. Des histoires de bébés,  de couture, de déco, de patchwork, de cuisine (mais pas trop) et plein de photos. Pour vous tenir au jus!

On vous embrasse, bonne visite!

La Jimilie's Family.

portrait_naska.jpg

Naska

Née le : 01 octobre 2008
astro : Balance
Yeux : bleus ; Cheveux : blonds
Parrain : Thibault&Emeline
Marraine : Emilie&Patrick

*~~*0*~~*

portrait_leonie.jpg

Léonie

Née le : 25 novembre 2010
astro : Sagittaire
Parrain : Edouard&Peggie
Marraine : Jeanne

 

Le livre Naska

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Liens